La République En Marche

De WikiPhi
Aller à : navigation, rechercher


Historique

Emmanuel Macron, alors Ministre de l'Economie du gouvernement d'Emmanuel Valls sous la présidence de François Hollande lance son mouvement appelé "En Marche" pour évoquer les initiales de son nom début Juillet 2016. Il tient son premier meeting à la Mutualité à Paris, le 12 Juillet 2016[1]. Suite à sa victoire présidentielle, il renomme son mouvement La République En Marche (LREM ou LRM) en vue des élections législatives de 2017.

Candidats

Le 17 Mai 2017, la Commission Nationale d'Investiture rend publique le nom de ses 521 candidats.[2]. Le manque d'assise et d'anticipation du mouvement en Marche transpire par les approximations dans le choix des candidats fait dans l'urgence et sur CV, pour certains candidats leur amateurisme en politique inquiète, pour d'autres leur passé judiciaire n'a pas été scruté par manque de temps, pour certains c'est un parcours politique qui ne correspond pas à l'image du renouvellement qui transparait. "Un proche du Chef de L'Etat" suivant le Monde a déclaré lors de la rentrée parlementaire:

On ne connait pas bien les députés. Entre les erreurs de casting que l'on va découvrir rapidement, ceux qui vont goûter au pouvoir et aimer çà, ceux qui vont vouloir se faire remarquer, il va falloir bien les encadrer pour éviter les problèmes[3]

Investiture

Absence de candidats pour faciliter l'élection d'un soutien politique d'une autre formation

  • Guillaume Bachelay député Ps de 4ème circonscription de la Seine-Maritime a approché Emmanuel Macron par Laurent Fabius, pour ne pas avoir de candidat LREM en face de lui, Macron en a accepté le principe. Manque de chance la commission d'investiture En Marche se trompe et ne présente pas de candidat dans la 5ème circonscription et présente bien un candidat dans la 4ème, les candidatures étant déposée quand l'erreur est repérée, Bachelay se fait battre, pas son camarade PS, Bouillon dans la 5ème.[4]

Conflits entre militants locaux et direction de LREM sur l'investiture

  • Vincent Bru, nommé candidat dans la 6ème circonscription des Pyrénées Atlantique, est désavouée par les militants locaux qui y voient la main de François Bayrou. En cause son opposition au "Mariage pour Tous" qu'ils considèrent contre les valeurs de la République En Marche. Le candidat est maintenu néanmoins par la direction du mouvement, les militants affirment qu'en dehors d'un meeting ce dernier n'a participé à aucune activité de soutien à la candidature d'Emmanuel Macron[5]
  • Marielle de Sarnez nommée candidate dans la 11ème circonscription de Paris, a été désavouée par de nombreux militants Modem et En Marche. En cause, le nombre de mandats qu'elle a exercée, censés être limités à 3 alors qu'elle en atteint 4, ainsi que son absence d'implication sur le terrain. [6]
  • Sébastien Nadot candidat dans la 10ème circonscription de Haute-Garonne est accusé d'être parachuté par certains militants En Marche selon La Voix du Midi [7]

Affaires judiciaires, escroqueries ou polémiques

En dehors des affaires touchant le parti allié à LREM, le Modem sur ses assistants parlementaires européens, et les affaires immobilières du ministre Ferrand, ex-PS, et sa compagne, plusieurs candidats de LREM sont pris dans des affaires judiciaires ou d'escroqueries en pleine élections législatives, ou subissent les feu de la controverse en raison de leurs propos ou comportements:

Les candidats écartés après leur nomination mais avant le vote
Les candidats officiels
  • Selon le magazine Le Point, le candidat Laurent Zameczkowski, sur la circonscription de Neuilly-sur-seine est accusé de violences conjuguales, de violences sur le nouveau conjoint de son ex-femme et d'avoir ouvert un compte offshore à Hong-Kong[8]
  • Selon le site Buzzfeed, Corine Vignon, maire de Flourens aurait caché au fisc son activité d'astrologue à 90 euros la séance.[9]
  • Le suppléant d’Isia Khalfi, Alain Brevet, dans la 1ère circonscription des Hauts-de-Seine, a oublié de parler de l'affaire d'agression sexuelle supposée qui lui vaut d'être dans le collimateur de la justice. C'est un lecteur du Parisien qui dévoilera le pot aux roses au journal.[10]
  • Selon le journal Mediapart, Véronique Avril, se présentant dans la 2ème circonscription de Seine Saint-Denis a loué "un appartement dans un immeuble insalubre, à un prix exorbitant", ce qui serait "illégal" suivant le journal.[11]
  • Bruno Bonnell, candidat dans la 6ème circonscription du Rhône est accusé par Mediapart, de domicilier deux de ses sociétés dans l'état du Delaware, accusé d'être un paradis fiscal et d'avoir "entièrement restructuré son patrimoine, y compris en utilisant judicieusement un endettement qui pourrait être qualifié de colossal, afin d'éluder l'impôt de solidarité sur la fortune d'abord et l'impôt sur le revenu" suivant son jugement de divorce. Il a aussi été condamné par l'Autorité des Marchés Financiers pour avoir manipuler le cours de l'action de la société Infogrames dont il était le PDF au moment des faits.[12]
  • France-Bleu Roussillon, a révélé que le candidat Romain Grau, dans la 1ère circonscription des Pyrénées-Oriental, adjoint au maire LR de Perpignan et camarade de promo de Emmanuel Macron est poursuivi pour "harcèlement moral" dans ses activités de PDG de la société EAS Industries. Dans cette société suivant l'article 10% des salariés sont en arrêt-maladie et il y a plusieurs cas de "Surmenage, burn-out, cadences infernales, jusqu'à 60 heures par semaine"[13]
  • Claire O'Petit qui se présente dans la 5ème circonscription de l'Eure, est condamné à ne plus être gérante d'une société pour une durée de 5 ans, en cause la mauvaise gestion de son ancienne société liquidée. Le Tribunal notait à ce propos une "comptabilité irrégulière », une « opacité financière complète »[14]. D'autre part, Gilbert Collard (FN) a confirmé au Figaro que cette dernière avait déjà tenté de se présenter sous l'étiquette Front National aux élections régionales en Normandie[15]
  • Olivier Serva, candidat LREM de la 1ère circonscription de Guadeloupe a déclaré dans une vidéo en 2012 que l'homosexualité était une "abomination". La République en Marche lui a laissé son investiture après ses excuses[16]
  • Houmria Berrada, candidate dans la 2ème circonscription du Nord, a été condamnée à huit mois de prison avec sursis pour faux et usage de faux d’un document administratif et à 500 € de dommages et intérêts en 2011 pour avoir usurper l'identité d'une étudiante afin de pouvoir s'inscrire à l’Institut d’études judiciaires (IEJ) de Strasbourg[17] Si la commission d'investiture n'a pas retiré son accréditation à la candidate, la règle étant que la peine datant de plus de 5 ans elle n'apparait plus sur le casier judiciaire, les troupes locales, elles, ont retirés leur soutien à celle-ci, qui a par ailleurs nié les faits au départ.[18]
  • Alexandre Zapolsky, candidat de la 3ème circonscription du Var, devra comparaître deux jours après le second tour devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour injures publiques et diffamation. Deux mois avant ces élections, la société Linagora, dont ce dernier est PDG a été condamnée pour harcèlement moral. Un salarié a témoigné ainsi devant la cour: "J'ai pu observer de nombreux dysfonctionnement sur ce plan, allant jusqu'à la menace physique et la maltraitance morale des individus travaillant chez Linagora".[19]
  • Stéphanie Jannin, candidate dans la deuxième circonscription de l'Hérault, est mise en examen pour prise illégale d'intérêt, en tant qu'élue, deuxième adjointe du maire de Montpellier, a participé aux délibérations du conseil municipal qui a attribué des subventions à l'association "La Maison de l'Architecte" présidée par son conjoint de 2013 à 2016. Elle a aussi participé au vote d'un avenant concernant une société dans laquelle elle avait été précedemment salariée.[20]
  • Martine Wonner, candidate dans 4ème circoncription du Bas-Rhin, a selon le magazine alsacien indépendant Heb’Di, pu pu mener campagne aux élections législatives tout en étant indemnisée par la Sécurité sociale. Un contrôle de la Sécurité Sociale l'aurait obliger à reprendre son travail et donc a prendre des congés pour mener sa campagne. La candidate affirme avoir solliciter elle-même le médecin de la Sécurité Sociale. Elle a néanmoins comme le prouve rue89 comméncé sa campagne vers le 14 Mai tandis que les indemnités ont été arrêtées le 22 Mai.[21]7
  • Buon Tan, candidat de la neuvième circonscription de Paris, fait l'objet est visé par une enquête du parquet de Paris, pour "abus de confiance". Il aurait suivant le CRAAF (Conseil représentatif des associations asiatiques de France) dont il a été président détourné 16 500 euros par deux chuèques. Le candidat a tweeté que selon lui il s'agissait plutôt d'un règlement de compte politique, puisque celle qui l'accuse serait "un soutien politique des Républicains".[22]
  • Didier Martin, candidat de la première circonscription de la Côte D'or est selon le mensuel L'accent Bourguignon, sous l'objet d'une enquête préliminaire, soupçonné de tentative d'escroquerie au jugement dans la procédure de licenciement d'une salariée. Selon la salariée qui porte plainte, il aurait influencer les salariés à rédiger des attestations contre elle pour la licencier plus facilement en vue d'une attaque aux prud'hommes. L'intéressé nie de son côté une quelconque influence.[23]
  • Emilie Guerel, candidate dans la 7ème circonscription du Var (voir vidéo ci-dessous), est accusée par un adversaire éliminé au premier tour, d'avoir profiter d'un arrêt-maladie pour faire la campagne d'Emmanuel Macron et la sienne. La candidate affirme avoir été aux meetings d'Emmanuel Macron pendant ses sorties autorisées, et que son activité était accomplie essentiellement de chez elle. Elle a porté plainte pour diffamation.[24]
  • Laurent Garcia, élu dans la 2e circonscription de Meurthe-et-Moselle, était dirigeant d'une société mise en redressement judiciaire en Décembre 2016, suivant le Canard Enchainé, il aurait été allergique aux formalités administratives, les magistrats aurait noté "qu'aucun document n'est disponible de son activité.".[25]

Campagne

Prestations télévisuelles, refus de débattre

Certains candidats de la République en Marche semblent ne pas trop savoir s'expliquer lors de débats télévisés ou refuse les débats avec leurs adversaires:

  • Annissa Kheder, pour la circonscription de Bron, conseillère municipale PS de Bron, a du mal à s'expliquer et semble lire ses notes, sans rapport aux questions posées. Elle est visée par une plainte auprès du Conseil Constitutionnel de son opposant Alexandre Vincendet qui a perdu au second tour, car le maire de Bron a appelé à voter pour elle sur le papier entête de la mairie de Bron, ville où celle-ci a gagné le maximum de ses voix[26]:
  • Fabienne Colboc, 4ème circonscription d'Indre et Loire sur France 3, se lance dans des phrases dont on a du mal à en comprendre la substance:
  • Emilie Guerel
  • Pierre Person refuse le débat
  • Sandrine Le feur, candidate dans le Finistère, agricultrice bio, membre un temps de la Confédération Paysanne et choisie au détriment du porte-parole local d'En Marche[27] prétend avoir parlé directement d'un problème local avec la ministre de la santé... Brigitte Macron


En conséquences entre les deux tours des législatives, les candidats de LREM ont reçu l'ordre de ne plus participer à un débat face à leur opposant, comme le révèle sur compte Facebook, la candidate Nathalie Perrin-Gilbert sur Lyon:

Nathperringilbert18juin2017.JPG

Scrutin

Effets Macron

Le journal Libération dans son édition en ligne du 15/06/2017 démontre d'ailleurs que ces candidats s'étaient pour plusieurs d'entre-eux présentés aux élections législatives les fois précédentes avec une absence de succès notoire. Ce journal cite l'exemple de différents candidats qui ont, parfois même changer d'étiquette politique sans succès pour finir largement en tête au premier tour de cette élection, parce qu'ils sont soutenus par Emmanuel Macron.[28]

Sortable table
Nom du Candidat 2007 2012 2017
Cyrille Isaac-Sibille 13.13 5.1 41.9
Patricia Gallerneau 7.1 2.28 36.2
Mohamed Laqhila 3.74 null 35.2
Nadia Essayan 6.95 null 33.3
Michel Fanget 11.62 4.84 32.9
Sophie Mette 6.86 3.79 31.2
Daphné Ract-Madoux null 2.17 29.9
Christine Espert null 1.28 29.1
Sophie Guérin 4.92 null 28.6
Michel Delpon null 1.07 34.7
Cécile Gallien 7.02 null 31.1
Claire O'Petit 6.75 1.63 28.6
Billel Ouadah null 0.89 28.6

Assemblée Nationale

Selon le quotidien "Le Monde" ce qui caractérise les élus LREM à l'Assemblée sont leur vocabulaire et comportement issue du monde de l'entreprise, revendiquant une politique de "la compétence". Chaque élu, leur attitude volontairement passive, pour que accélérer les procédures, et une discipline interne stricte de vote et de propos aux médias[29]

Références

  1. Le Monde du 27 Juin 2017 "La semaine où Macron entre dans le concret" Page 6
  2. Ouest-France du 17 Mai 2017
  3. Le Monde du 27 Juin 2017, "La semaine où Macron entre dans le concret" Page6
  4. [Le Canard Enchainé "Erreur sur la Personne" le Mercredi 28 juin 2017]
  5. Sud-Ouest "Législatives dans les Pyrénées-Atlantiques : l’investiture En Marche! de Vincent Bru critiquée" le 16 Mai 2017
  6. L'Express "REM: menace d'une candidature dissidente contre Marielle de Sarnez" le 15 Mai 2017
  7. La Voix du Midi 29 Mai 2017
  8. http://www.lepoint.fr/legislatives/legislatives-neuilly-le-candidat-rem-a-un-compte-non-declare-a-hong-kong-15-06-2017-2135541_3408.php
  9. https://www.buzzfeed.com/davidperrotin/candidate-en-marche-et-astrologue-a-90-euros-la-seance-le?utm_term=.kdYzPG2qp#.ehYAdgzLe
  10. http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/legislatives-un-suppleant-en-marche-mis-en-examen-pour-agressions-sexuelles-14-06-2017-7050282.php#xtor=AD-1481423553
  11. https://www.mediapart.fr/journal/france/290517/saint-denis-la-candidate-lrem-agi-en-proprietaire-voyou?onglet=full
  12. https://www.mediapart.fr/journal/france/070617/lrem-des-candidats-loin-detre-exemplaires
  13. https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/exclu-le-candidat-romain-grau-vise-par-une-enquete-pour-harcelement-moral-1496418068
  14. https://www.mediapart.fr/journal/france/070617/lrem-des-candidats-loin-detre-exemplaires?page_article=2
  15. Le Figaro 30/05/2017
  16. Le Figaro 30 Mai 2017
  17. La Voix Du Nord 30 Mai 2017
  18. La Voix du Nord 7 juin 2017
  19. France3 Occitanie Le 14 Juin 2017
  20. Le Midi Libre le 10 Juin 2017
  21. Rue89 Strasbourg le 16 Juin 2017
  22. Le JDD le 15 Juin 2017
  23. Le Jdd le 15 Juin 2017
  24. Le Jdd, le 15 Juin 2017
  25. Le Canard Enchainé. Mercredi 21 juin 2017 Page 7
  26. Lyon Capitale du 19 Juin 2017
  27. Le Monde du 27 Juin 2017 "Une Paysanne à l'Assemblée Nationale" Page 7
  28. http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/06/15/de-2-a-40-de-loser-a-depute-l-effet-magique-du-label-macron_1576999?xtor=rss-450&utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
  29. Le Monde le le 23-24 Juillet "Dans les pas des députés En Marche" Page 6